fbpx

Suivre des cours de journalisme à l'ESJ Paris, depuis Tokyo ? Florent Guérout nous raconte

florent

 Je suis expatrié au Japon depuis un an et j’ai voulu profiter de cette occasion pour me réorienter professionnellement. Un bilan de compétences m’a permis de confirmer que, comme je le pressentais, le métier de journaliste était tout indiqué pour moi. Il y a évidemment des écoles de journalisme à Tokyo, mais les cours y sont dispensés en japonais : ne parlant pas ou très peu la langue j’étais dans une impasse.

 

Un ami journaliste m’a conseillé de consulter les formations de l’ESJ Paris et j’ai tout de suite été convaincu par la formule de l’enseignement à distance : une formation de deux ans qui aboutit sur un diplôme de Master 2.

J’ai rapidement apprécié la qualité du contenu pédagogique. Les cours sont dispensés par une équipe enseignante de renom et les exercices notés demandent un réel travail d’apprentissage, de synthèse et de création. Les matières enseignées, toutes en rapport avec le journalisme, sont d’une grande variété et permettent aux étudiants d’apprendre le métier de façon théorique et pratique. Les cours et les plannings sont conçus pour satisfaire les besoins et les contraintes des élèves choisissant cette option. Les enseignants font toujours preuve de disponibilité ; à aucun moment je ne me suis senti loin malgré les 10.000 km qui nous séparent. Ce lien constant permet de ne pas décrocher et de suivre efficacement un enseignement rigoureux.

J’ai aujourd’hui 39 ans et je suis heureux de mon choix. L’ESJ Paris a 120 ans, elle a vu passé un grand nombre de personnalités sur ses bancs. Elle s’est aussi s’adaptée au contexte actuel en proposant l’enseignement à distance dès 2012. Je ne saurais trop vous recommander de rejoindre ce cursus.

Florent Guérout, promotion 2019-2020

Pin It

Dernières vidéos