fbpx

Mon témoignage à l’ESJ PARIS – Fanny Jacob

fead

J’ai toujours voulu travailler dans la communication et l’information, ce qui me plaît particulièrement avec le journalisme est la recherche, l’analyse puis la transmission. J’écris beaucoup également, depuis toujours, ça a donc toujours été logique pour moi. Je suis allée en Lettres Modernes avant de changer de voie et d’aller à l’ESJ Paris, j’étais en décrochage scolaire.

 

Durant cette période de décrochage j’ai commencé à écrire pour un magazine de culture musicale indépendant, je travaille pour eux depuis plus d’un an maintenant, ce qui m’a permis d’intégrer l’ESJ Paris en EAD. Je suis orientée vers le journalisme culturel car j’aime la culture et l’art, je veux écrire sur ce sujet mais pour moi l’ESJ pouvait m’offrir une formation complète, pas que sur la culture, et j’avais raison maintenant que je suis en M1 en EAD. J’ai beaucoup appris cette année et je dirai que les enseignements qui m’ont le plus apportés sont : les articles hebdomadaires sur le PJ, les cours de photographie, les cours de style et de techniques d’écriture et les cours sur les applications et sur le web-journalisme. À l’ESJ, en EAD du moins, on a de la théorie mais on a aussi beaucoup de pratique, et c’est ce qui m’a fait partir vers cette formation, après l’université j’avais besoin de produire quelque chose de constructif pour ma vie professionnelle. 

J’ai choisi la formation à distance, alors que je suis résidente en France, pour plusieurs raisons : je travaille et vis à Bordeaux (33), l’EAD est pratique dans le cas où on a « pas le temps » de se rendre en cours et dans le cas où on ne vit pas à Paris. Je dirais que le point fort de l’EAD réside dans le fait de pouvoir intégralement gérer son temps d’apprentissage tout en rendant ses travaux dans les délais (ce qui de toutes manières est un rythme de vie basique pour un journaliste). L’EAD est aussi une bonne alternative quand on a moins d’argent puisque la formation est également moins cher que la formation en présence, la formation est accessible à plus de monde de ce fait. 

J’ai constaté qu’à l’ESJ les élèves reçoivent une réelle formation journalistique : on nous donne des outils, on nous soutient, on nous corrige en nous montrant la bonne voie… Je suis pour ma part très contente de ce parcours en faisant la rétrospective de cette première année d’EAD. L’EAD m’a donc permis de reprendre l’école avec plus de pratique, plus de temps pour travailler, plus d’autonomie et de responsabilités, au fond je pense que cette formation à distance nous met vraiment dans le bain et nous insère parfaitement dans le monde du journalisme pro. La formation a distance m’a permise de m’ouvrir et de faire des travaux que je n’aurais jamais fait de moi-même et ça c’est gratifiant. 

 

Pin It

Dernières vidéos