fbpx

"Ma passion de jeunesse" : devenir journaliste à 50 ans par Christophe Penaguin

christophe

Je suis un vieil étudiant puisque je vais fêter mes 50 ans cette année. Quand j’avais 20 ans, j’ai longuement hésité entre le journalisme et l’enseignement. J’ai finalement opté pour ce dernier mais, en toute franchise, je n’ai jamais été sûr d’avoir fait le bon choix. Finalement, après 25 ans d’enseignement en lycée, j’ai réfléchi à une possible reconversion. Ma « passion de jeunesse » m’est alors revenue à l’esprit. Même si devenir journaliste à 50 ans passés s’avérera sans doute difficile, suivre des études de journalisme me donnera au moins la satisfaction de m’en être donné les moyens. 

 

Etant donné que je travaille à plein temps comme professeur, et du fait par ailleurs de mes obligations familiales, il m’aurait été totalement impossible de passer un Master en présentiel. L’enseignement à distance était la seule possibilité qui s’offrait à moi et, de ce point de vue, la formation proposée par l’ESJ constitue une véritable aubaine.

L’enseignement à distance de l’ESJ a le double avantage de mettre l’étudiant face à ses responsabilités puisque c’est à lui de s’organiser pour prendre connaissance des cours et réaliser les exercices proposés. Nous ne sommes toutefois pas laissés à nous-mêmes grâce à la disponibilité des professeurs.

J’ai déjà appris beaucoup de choses au cours de cette année, y compris sur moi-même. Je suis en effet confronté à des exercices et des enseignements qui correspondent à mes centres d’intérêt et à ce que j’estime être, à tort ou à raison, mes compétences. Mais je dois aussi me frotter à des domaines que je maîtrise mal ou pas du tout, particulièrement tout ce qui concerne les outils informatiques. J’ai dû faire un effort sur moi-même pour, à mon âge, accepter de recevoir des notes (d’habitude, c’est moi qui attribue des notes aux élèves) et d’éventuelles remarques (toujours bienveillantes) relevant mes erreurs. Mais cet effort s’avère très positif. Il m’a permis de sortir de ma zone de confort et de ne pas confondre orgueil et arrogance. 

L’enseignement proposé n’a fait que renforcer mon respect pour la profession de journaliste en me faisant prendre conscience, à mon très modeste niveau, de la palette de compétences exigées par ce métier.

Christophe Penaguin

 

 

 

Pin It

Dernières vidéos