Elles s’appellent Izzana, Diane ou Soumya, et elles ont partagé l’intimité des terroristes. Matthieu Suc les a cernées, étudiées et il vient d’en faire un livre « Femmes de djihadistes » (Edition Fayard). Matthieu Suc est un investigateur infatigable.
 
En 2015, il a couvert les attentats de Charlie Hebdo pour « Le Monde ». Aujourd’hui journaliste à mediapart, il continue à cherche, et à trouver. Son travail : révéler. A travers ses livres, Matthieu Suc tire tous azimuts, sur le grand banditisme (« Antonio Ferrara, le roi de la balle ») l’industrie (« Renault, nid d’espions»), et désormais les affaires de terrorisme.
 
Son univers, c’est l’attentat de Nice, les frères Kouachi, les filières de Syrie, et bien sûr le djihad. Le dernier ouvrage de Matthieu Suc raconte ces militantes de l’ombre, converties, issues de l’immigration ou de l’aristocratie française la mieux née, qui ont en commun d’avoir vu, cachées sous leurs niqabs, les hommes se former, se radicaliser, s’armer.
 
A l’ESJ le mardi 31 janvier
 
 
Pin It

Dernières photos sur Instagram

esjparis
esjparis
esjparis
esjparis
esjparis
esjparis

Dernières vidéos sur Dailymotion