Christophe GEFFROY, invité de l'ESJ Paris, jeudi 07 avril 2016.

À chacun sa définition du libéralisme, souvent décrié, autant à droite qu’à gauche. Pour mieux comprendre ce qu’il représente comme ideal politique, Christophe Geffroy, directeur du magazine catholique La Nef, avec son complice Falk van Gaver, a demandé à une vingtaine d’essayistes, de philosophes, de journalistes et d’économistes, ce qu’ils en pensaient. Christophe Geffroy viendra évoquer leur livre, Faut-il se libérer du libéralisme ? (éditions Pierre-Guillaume de Roux), le jeudi 7 avril à 11 heures dans le cadre des conférences-débats du Javelot.
 
 
 “Depuis la crise financière de 2008, crise qui a permis de mieux mettre en lumière à la fois la financiarisation de l’économie et l’abandon du politique face à des marchés financiers surpuissants et incontrôlés, la question de la pertinence et même des méfaits du liberalisme, dans le contexte de la mondialisation , est de plus en plus souvent posée. Question complexe, car, pour nos contemporains, le mot recouvre différente acception : il est habituel de distinguer, pamri les libéralismes, le libéralisme politique (la démocratie libérale issue de Tocqueville), le libéralisme économique (le libre marché autorégulé par la “main invisible” d’Adam Smith), et le libéralisme philosophique (“à chacun sa vérité”, maxime de nos modernes relativistes). Et à l’intérieur de ces categories, l’homogénéité est loin d’être la règle, les divergences pouvant être notables et variées – entre les libéraux nationaux et les libéraux mondialistes, par exemple.”
 
Extrait de l’Avant-propos de Christophe Geffroy
 

L'ESJ est membre de...

Intégrer l’ESJ, c’est faire le choix d’une carrière dans le monde de l’information et des médias pour devenir un journaliste compétent, polyvalent et immédiatement opérationnel.

Nous contacter

  • 107, rue de Tolbiac
    75013 PARIS
  • 01 45 70 73 37

шаблоны joomla 2.5