Jean-Marcel Bouguereau à l'ESJ Paris Mardi 13 Décembre

 

Jean-Marcel Bouguereau rejoint, à la Sorbonne, l'UNEF à 18 ans où il travaille au secteur International, s'occupant notamment des rapports avec le mouvement naissant en Allemagne, à l'Université Libre de Berlin, publiant dans Les Temps Modernes avec Serge Bosc une longue étude sur les nouvelles méthodes de contestation dans ce mouvement. Il participe activement aux événements de Mai 68, participe à la coordination parisienne des comités d'action, co-fonde le journal Action. Après Mai-Juin 68, il écrit aux Cahiers de Mai, un journal militant en même temps qu'un groupe politique de soutien aux mouvements ouvriers et aux grèves.

De 1974 à 1987, il collabore au quotidien Libération, d'abord au service social qu'il dirige, puis, tout en participant à l'embryon de rédaction en chef tournante (la « centralisation »), il élargit son champ (reportages sur les grèves à la Fiat de Turin) puis couvre la période du terrorisme en Allemagne et en Italie, réalisant une grande interview de l'ancien terroriste Hans-Joachim Klein, qui pour la première fois démonte le mythe de Carlos. Au début des années 80, il fait plusieurs voyages clandestins en Pologne où il rend compte sous un pseudonyme de C.ky (Libération étant interdit de visa de journaliste) de l'épopée de Solidarność ce qui ne l'empêche pas de publier l'un des premiers articles critiques sur le personnage de Lech Walesa. Il est expulsé à deux reprises de Pologne. Il devient le rédacteur en chef de Libération à la reparution en 1981, période où il représente régulièrement le journal à la revue de presse de l'émission de Michel Polac Droit de réponse. Jean-Marcel Bouguereau est ensuite embauché par Jean-François Kahn pour diriger la rédaction de L'événement du jeudi (1987-1992) ; puis pendant 5 ans il est correspondant en France du Nouveau Quotidien suisse, qu'il avait contribué à lancer à Lausanne. Il participe régulièrement sur France 2 à l'émission de Michèle Cotta Revue de presse.

Depuis 1997 il est rédacteur en chef au Nouvel Observateur, où il s'est successivement occupé du service Dossiers puis, après une interruption, il a pris en charge les relations avec les lecteurs de l’hebdomadaire à partir de septembre 2003 puis de février à juillet 2009, également les relations avec les internautes du site de l'Obs. Il quitte le Nouvel Observateur fin juin 2011 pour ses 65 ans estimant « qu’il y a un moment où il faut laisser la place aux jeunes qui, non sans raison et parfois avec envie, nous ont souvent reproché à nous, soixante-huitards, cette génération bénie, de leur boucher l’horizon. C’est une décision mûrement réfléchie (...) Parce que je pense qu’il y a un moment où il faut savoir laisser la place. Avec mon salaire, on pourra embaucher plusieurs jeunes journalistes en CDI qui apporteront du sang neuf à ce journal qui en manque et qui, parfois, a tendance à vieillir avec ses lecteurs.(...) Je vais pouvoir me consacrer pleinement à ma vieille passion, la Gastronomie ».

L'ESJ est membre de...

Intégrer l’ESJ, c’est faire le choix d’une carrière dans le monde de l’information et des médias pour devenir un journaliste compétent, polyvalent et immédiatement opérationnel.

Nous contacter

  • 107, rue de Tolbiac
    75013 PARIS
  • 01 45 70 73 37

шаблоны joomla 2.5